©2019 by Société Française de Dry-Needling.

FOIRE AUX QUESTIONS CONCERNANT LE DRY NEEDLING

1. Qu’est-ce que le Dry-Needling (DN) ?
Le Dry Needling des points trigger (puncture sèche des points gachettes ) est une forme très efficace de la thérapie des points trigger. Avec le Dry Needling, les points trigger myofasciaux et les fascias peuvent être traités. Pour cela, un physiothérapeute ou un médecin spécialement formé va piquer le point trigger à l'aide d'une aiguille stérile. La puncture réactive l'apport en oxygène dans la fibre musculaire contractée et le fascia, diminue la réaction inflammatoire, améliore la vascularisation et relâche ainsi la crispation de manière durable. La piqûre dans le point trigger provoque une secousse musculaire courte et localisée dans le cordon musclaire, ressentie cependant par les patients comme une "douleur qui fait du bien" et "relâchante".

Le Dry Needling est né des observations cliniques lors des études sur l'injection des points trigger. Au court des essais, les chercheurs ont constaté que ce n'était pas la substance injectée qui influençait la réussite du traitement du point trigger mais la précision de la piqûre. Karl Lewit (1916-2014), une médecin tchèque, a publié en 1979 dans le journal "Pain" l'article "The Needle Effect in the Relief of Myofascial Pain". De ses observations et des travaux des Dr. P. Baldry et C. Gunn dans les années quatre vingt, est né le nom de Dry Needling. Au début des années quatre vingt dix, nos collègues suisses Christian Gröbli et Ricky Weismann ont, en lien avec les découvertes sur la thérapie des points trigger de Simons et Travell, développé un concept systématisé de Dry Needling des points triggers. Dès lors, cette méthode n'a cessé de se développer. De nos jours, le Dry Needling est utilisé avec succès par des dizaines de milliers de physiothérapeutes et médecins à travers le monde pour la traitement de la douleur.

Le DN fait l’objet depuis plusieurs années d’un enseignement en France et dans les pays limitrophes sans que les praticiens, français ou exerçant en France, sachent s’ils ont la possibilité d’utiliser cette technique.


2. Qu'est-ce que'un point trigger?

Un TrP est un point hypersensible dans un muscle squelettique, associé à un cordon musculaire palpable.

Les caractéristiques d’un TrP à la palpation sont généralement : une douleur caractéristique (irradiation) et une réponse contractile locale à la palpation ou à la puncture.


3. Quelles sont les différentes techniques de DN ?


Il existe principalement 3 techniques différentes de DN :

- le DN superficiel : l’aiguille est insérée dans la peau, le fascia et éventuellement le muscle en venant sur le TrP.

- le DN profond : l’aiguille est insérée jusque dans le muscle au sein du TrP à la recherche d’une réponse contractile locale (la « twitch response »). Essentielle pour obtenir un effet dans le DN profond, la réponse contractile locale est un réflexe au niveau médullaire, qui se caractérise par une contraction des fibres du cordon musculaire.

- le DN avec stimulation électrique: le théraoeute utilise un stimulateur électrique de faible intensité branché sur deux aiguilles de DN du même cordon musculaire. Le courant électrique stimule le muscle en profondeur dans le but de reproduire des réponses contractiles locales.


4. Quels sont les effets du DN ?

(source : Barbara Cagnie, Vincent Dewitte, Tom Barbe, Frank Timmermans, Nicolas Delrue, Mira Meeus. Physiologic Effects of Dry Needling. Current Pain and Headache Reports. June 2013, 17:348)

- réduction de la concentration en nocicepteurs chimiques comme la substance P et des peptides en lien avec la calcitonine retrouvés dans l’environnement immédiat de TrP actifs
- amélioration de l’oxygénation tissulaire et du flux sanguin au sein du TrP
- effets sur les mécanismes inhibiteurs descendants de la douleur
- effets placebo
- effets sur la douleur par le  « gate control »


5. Quelles sont les indications du DN ?

Le DN peut être appliqué pour traiter des douleurs et des dysfonctions de l’appareil locomoteur de différentes origines.
L’examen des Points Triggers fait partie de la routine d’examen en Thérapie Manuelle Orthopédique et s’inscrit dans une démarche d’analyse raisonnée de la douleur des patients.

Le traitement des Points Triggers myofasciaux est l’application la plus courante du DN. D’autres indications existent, parmi elles : les tendinopathies d’insertion, les douleurs de cicatrice, les douleurs des tissus mous et des contractures musculaires.
L' indication de l’usage du TrP-DN est la présence de TrP myofasciaux généralement associés au Syndrome Myofascial Douloureux (SMD).


6. Quelles sont les différences entre le DN et l’acupuncture?

(source : ASD – Directives Suisses pour le Dry-Needling sécurisé, Version 1.7 de Novembre 2014)

La différence fondamentale repose sur le postulat de base. L’acupuncture s’appuie sur les théories de médecine chinoise. Dans la médecine traditionnelle chinoise, on retrouve des méridiens de circulation d’énergie, et l’existence du « Yin » et du « Yang ». Cette médecine est pratiquée par des médecins spécialisés habilités à réaliser un diagnostic et un traitement spécifique par acupuncture. Elle est interdite aux kinésithérapeutes.
Au contraire, le DN est basé sur des théories scientifiques de la médecine occidentale. Le modèle de l’hypothèse intégrante est actuellement utilisé pour expliquer la pathophysiologie des TrP et l’efficacité du traitement s’explique par des mécanismes neurophysiologiques.
Il s’agit d’un outil thérapeutique permettant aux kinésithérapeutes, après avoir réalisé un bilan et un examen complet, de traiter certaines plaintes du patient.
Le seul point commun entre l’Acupuncture et le DN est l’usage d’aiguilles stériles à usage uniques utilisées chez un patient après la réalisation d’un protocole d’hygiène et de désinfection strict.




7. Comment choisir sa formation de DN en France ?

De notre point de vue, le choix de la formation doit s’appuyer sur la qualification des enseignants. Il faut se référer à l'expérience de l'enseignant (clinique et recherche). Il doit être formé à l’enseignement selon différents critères d’expertise clinique et pédagogique (réussite à un examen indépendant en DN, expériences professionnelles de DN, répétition des enseignements et supervision par un enseignant senior, meeting inter-enseignants, contrôle qualité par un organisme qualité de l’enseignement Edu-QUA, etc.). Pour former un enseignant il faut plusieurs années, plusieurs centaines d’heures de pratique. Vérifiez auprès des organismes les CV des enseignants.